Crédit entreprise

Crédit entreprise : types et conditions d’éligibilité

Différentes solutions de paiement existent pour appuyer la finance d’une entreprise. Celle la plus connue est le « crédit entreprise ». Elle contribue au démarrage, à combler les manques au cours du cycle de l’exploitation et à étendre les activités d’une entreprise.

Comme toutes les formes de crédits, l’entreprise en tant que « préteur » perçoit la somme de son financement à rembourser suivant un calendrier d’amortissement établi suite à une entente consensuelle avec sa banque. Bien que le principe semble être clair, l’importance d’une bonne réflexion s’impose étant donné l’importance de la somme à octroyer. Toute de suite les détails.

Les différents types de crédit entreprise

C’est le montant et la durée qui conditionne le type de crédit entreprise contracté, on distingue alors :

  • Le crédit de trésorerie qui est octroyé par la banque pour permettre à une entreprise de débiter son compte sur une durée déterminée. Pour un délai plus court, le crédit est affilié à une facilité de caisse. Dans le cas contraire, on parle de découvert bancaire.
  • Le crédit par signature permet aux entreprises d’avoir un préfinancement. En premier, il est le gage du soutien à la trésorerie grâce au retard de paiement de sa TVA en accord avec l’administration fiscale. Puis un crédit documentaire garantissant le paiement de son importateur sous la délivrance des documents d’expédition et qualité de marchandise. Finalement des avances sur marchandises.
  • Le crédit par mobilisation de créance où le financement est acquis suite à une convention avec la banque. Pour sa part l’escompte est obtenu suite au transfert des effets de commerce. Et la « cession Dailly » grâce à une convention sur une cession de créances accusée par un bordereau. L’« affacturing » où une autre société financeur se charge du recouvrement des créances clients moyennant d’une commission et d’un dépôt de garantie.
  • Le crédit-bail ou leasing garantissant à une entreprise une forme de financement suite à l’acquisition d’un bien. Il s’agit du bail mobilier ou immobilier lorsque l’entreprise loue un bien acquis par le financement d’une banque et d’un lease back si les matériels sont déjà acquittés.
  • Le crédit à moyen terme de 2 à 7 ans et long terme de 7 à 20 ans.

Les entreprises éligibles aux crédits

Trois critères clés sont à étudier dans la constitution d’un dossier solide et convaincant. Le premier est le business plan qui relate la tendance financière de l’entreprise via ses organisations, les dépenses de fonctionnement et les profits générés.

Il est à associer avec le prévisionnel financier pour éclaircir les détails. Ensuite, plus l’apport personnel est comblé (15 à 30%), plus les chances sont élevées. Viennent combler à ceux deux éléments ; la garantie.

Ainsi, ont plus de chances de percevoir le crédit les Petites et Moyennes Entreprises ou PME comptant 10 à 249 salariés, les Très Petites Entreprises ou TPE fonctionnant via 0 à 9 salariés, et les Entreprise de Taille Intermédiaire allant de 250 à 4999 salariés.

La dernière tendance enregistrée démontre que plus de PME ont vu leurs demandes satisfaites par rapport au TPE (67% contre 56% de demandeurs ont vu leurs demandes satisfaites).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *